La France en Corée

Le 22 octobre 2008 à 12h04min par Benoît Évellin

Même si les premières relations ont été tendues (la France a tenté de coloniser la Corée en 1866, mais s’est pris une grosse claque : l’expédition est repartie la queue entre les jambes... et avec les archives royales de Ganghwado [1]), notre pays est plutôt apprécié par ici.

Pourquoi ? Déjà parce que la France a toujours été derrière la Corée, que ce soit par la reconnaissance politique, la question du Nord ou les positions anti-américaines prises ces dernières années. Et puis la France est le pays du bon goût et de la mode, des pâtisseries et de bien d’autres choses, dont on reparlera une autre fois.

Les Coréens aiment la France donc, et aussi la langue. 70.000 Coréens apprennent le français en Corée [2], sans compter les apprentissages scolaires, avec un taux d’oubli vérifiable en cours !

Pour le moment, focus sur la France à proprement parler. Il y a deux mille résidents français au Pays du Matin Frais d’après le Quai d’Orsay [3], sans compter les étudiants comme nous, et beaucoup habitent en communauté à Seorae Village, au Sud de la ville à deux pas du fleuve. Une occasion de promenade avec Édouard et Jérémie...

Il n’y a pas vraiment d’indication pour trouver ce quartier français. il faut en fait savoir où se trouve le Lycée Français, tout le reste étant autour. Ou bien on fait avec les indices qu’on trouve autour du quartier :

JPEG - 150.1 ko
Tiens, on arrive...

Ici les quartiers et lieux de vie sont très bien délimités : les grandes avenues découpent la ville en de petites facettes, elles même divisées par des rues un poil plus grandes, avec trottoirs (c’est rare un trottoir ici). Le quartier français n’a pas l’air à première vue très spécial. C’est vrai jusqu’à la rue principale :

JPEG - 151.8 ko
Seorae village, la rue principale
Drapeaux français et coréens à tous les réverbères et pavage bleu-blanc-rouge...

Cette étrange volonté de tout vouloir passer en français est assez amusante. Le but est de marquer le coup, mais pourquoi autant...? Le quartier est assez amusant à voir, tout pavoisé de bleu-blanc-rouge. Et, note amusante sur le perfectionnisme coréen : les drapeaux sont propres.

Le quartier a pour point de mire le Lycée Français, un bâtiment assez gros pour le quartier, de quoi accueillir les quelque 350 élèves, allant de la maternelle à la terminale. Nous l’avons découvert juste à « l’heure des mamans » : ça parlait français devant. C’était la première fois que je croisais autant de francophones d’un coup [4].

JPEG - 162.8 ko
Lycée français de Séoul
JPEG - 95.3 ko
C’est bien la France : Marianne à pris un cocard au feutre...

La promenade continue avec quelques photos des boutiques, où tout le monde s’est mis au français dans les noms d’entreprises, et avec le parc du quartier, le... Parc Montmartre !

Il y a une histoire avec Cacharel à propos de ce parc, sans doute lors de la conception, ou du financement, mais le panneau explicatif n’est pas passé à la traduction, et reste uniquement en hangeul...

On pourrait penser que tout le quartier regroupe aussi les représentations françaises, mais non. L’Ambassade est tout près du centre, tout comme le Centre Culturel Français (et les bureaux de Total), où il faudrait que je fasse un tour quand c’est ouvert, par curiosité. Par contre, je n’ai pas encore mis la main sur l’Alliance Française de Séoul, une des sept qu’on trouve en Corée.

JPEG - 107.4 ko
Ambassade de France à Séoul
JPEG - 86.5 ko
Le Centre Culturel Français

Retour à Seorae : une autre visibilité francophone se situe dans les rues parallèles à celle du lycée français, des rues assez « riches » pour avoir leur propre trottoir (le quartier dans son ensemble est beau, propre et riche). Des rambardes ont été prévues pour éviter que les voitures ne soient tentées d’occuper l’espace (c’est vite fait ici...), ce qui constitue une nouvelle occasion de pavoiser les rues.

JPEG - 139 ko
Parfois, c’est un peu râté...

Si il fallait tirer un bilan on pourrait dire que ce quartier est l’illustration de cette volonté qu’ont les Coréens d’être sympa, serviables et gentils avec les étrangers qu’ils aiment bien. On le sent bien, même si parfois c’est maladroit, ou malheureux, mais être français ici, c’est un véritable laisser-passer pour bien des découvertes et des avantages.

Notes

[1Depuis on les a toujours à la BNF, et pas question de les rendre ! Juste une copie numérique, et basta !

[3Et 1053 inscrits sur les listes électorales pour les présidentielles 2007.

[4Les québécois de la montagne constituent un précédent, mais dans une moindre mesure, car ça s’est fait essentiellement en anglais...

Aller en haut de page

4 commentaires - Poster un commentaire

Commentaires

La France en Corée

par pierrick

23 octobre 2008 à 18h03min

repondre message

Sympa ! Le prof d’after effect nous a bassiné avec ce quartier et on a jamais réussi à le trouver (on a pas cherché non plus mais bon...) !

→ La France en Corée

par Benoît

23 octobre 2008 à 23h24min

repondre message

Bah nous c’est le contraire : on a trouvé le quartier, mais on n’a pas de prof d’After Effects... :-/

La France en Corée

par Thefrench

19 septembre 2009 à 02h50min

repondre message

Putain ton blog, en étant française, j’espèrais y trouver des infos intéressantes, mais à part puer la nationalisme de merde (désolée je mâches jamais mes mots), Y’a que dalle. Je suis déçue.

Pas étonnant de la mauvaise image à l’étranger.

J’ai honte.

→ La France en Corée

par Benoît

2 octobre 2009 à 22h14min

repondre message

Je ne pensais pas que cet article sur la présence de la France en Corée serait interprété comme « puant un nationalisme de merde », car ça n’est pas mon but. Donc à part de quoi te défouler, que pensais-tu y trouver ? J’attends ta réponse avec beaucoup de curiosité.

Commenter

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Site actuellement en travaux !